Bienvenue parmi mes tranches de vie / Welcome among my slice of life

Je suis heureuse de vous compter parmi mes tranches de vie. En espérant sincèrement que mes petites brides de vie sauront vous apporter joie et réconfort! Ainsi, je vous encourage à ajouter la saveur de votre humeur, la couleur de votre journée et exprimer vos émotions sur ce blogue. Sentez-vous bien à l'aise de commenter... la critique constructive permet de s'améliorer et de grandir!

vendredi 3 février 2012

Ne pas juger. Alors, quoi penser?


« Juger, c'est de toute évidence ne pas comprendre puisque, si l'on comprenait, on ne pourrait pas juger. »

de André Malraux 



Bon, comme tout l'monde, du moins je l'espère, je m'éloigne le plus possible tout jugement de valeur. Mais dans ce cas, je ne sais pas ce que je préfère entre un médecin contemplatif et un médecin expéditif? Trop c'est comme pas assez!
Je m'explique...

J'ai terminé les antibiotiques dimanche dernier et cette semaine, mon état général était beaucoup mieux mais subsiste encore une sensation de grattement continue dans la gorge qui me pèse, ainsi qu'une toux sèche et persistante qui ma foi, est contraignante pour moi mais aussi pour ceux qui m'entourent.  Donc, j'ai manqué le boulot pour retourner à la clinique ce matin. À 7h15, il y avait déjà 40 personnes devant moi. Comme tout l'monde, j'ai pris mon mal en patience et avec mon compagnon de toute occasion, mon livre, j'ai attendu mon tour pour passer.

Mon médecin était malade... et ce, pour la deuxième semaine m'a-t-on confirmé. J'étais très déçue.  La réceptionniste me demande si je veux revoir le médecin d'il y a deux semaines, j'ai dit non catégoriquement. Avec son col roulé et son attitude fermée et condescendante, ce spécialiste de mi-trentaine ne m'a pas dit bonjour et m'a à peine regardé, il a posé une ou deux questions, il a pris son stéthoscope, l'a déposé sur mon chandail de laine me disant de prendre trois bonnes respirations et au bout de deux, il remballe le tout, me dit que je fais une bronchite, de prendre des antibiotiques et me prescrit du Biaxin 2x/jour pour 10 jours. Bon! C'est ok, me dis-je intérieurement. Maudit qu'il était expéditif ; pas le temps de poser une question qu'il est sorti du cabinet! Non mais, quel service! La clinique ne manque pas de médecins alors je lui ai demandé de me diriger vers un autre docteur.


Quand vint le temps de passer, en début d'après-midi, j'aperçois un médecin que je n'avais jamais croisé encore... faut dire que je ne vais pas à la clinique souvent mais quand même... ceux qui sont là, le sont depuis longtemps. Je me dis tout bas, enfin du nouveau! Je n'ai pas attendu longtemps, 3-4 minutes... à peine le temps de lire une page de mon bouquin! ;) Il entre, ferme la porte. Il me dit bonjour et fait une blague! Il est poli, il a un beau sourire et le teint basané... peut-être est-il âgé de quarante-cinq mais pas plus. Il me demande poliment la raison de ma visite, je lui relate et il prend son stéthoscope.  Il relève lui-même mon chandail mais pas juste au niveau du dos... il le monte jusqu'aux épaules et me demande de prendre quelques respirations. À trois, j'arrête mais il me demande de continuer... quatre, cinq. Là, ça fera! J'me sens pas à l'aise du tout. J'ai les bras en haut des épaules, le chandail levé aussi haut... je ne me sens pas bien et pas en confiance avec lui. Il me fait un sourire, dit de prendre des comprimés d'Ibuprofène pour calmer l'irritation et de me reposer aujourd'hui. Il me dit de retourner le voir lundi si je sens ma gorge encore toute irritée. Je lui ai demandé de me rappeler son nom... pas pour le revoir mais pour être certaine de ne plus le consulter ultérieurement.

Être médecin est un sacré boulot, j'en conviens et je respecte beaucoup leur métier. Chaque médecin a son bagage de connaissance et de compétences, je ne peux pas juger de ça. Chacun a ses problèmes professionnels et personnels tout comme nous. Une chose est certaine, ce n'est pas parce qu'on est un professionnel de la santé qu'on a cultivé l'empathie... vous savez, cette capacité de se mettre à la place de l'autre? Ça ne s'apprend pas dans les livres cette petite chose là et le métier ne l'enseigne pas ça l'air! Le sentiment ressenti dans les deux cas, les deux consultations, était désagréable. Parfois, on ne sait trop quoi penser! D'une part, je me suis sentie comme un bout de chiffon qu'on se débarrasse ; d'autre part, comme un objet de contemplation. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, mon gényco était un peu trop explorateur c'est pourquoi maintenant, c'est une femme qui m'examine et il n'y a aucun malaise. Je suis une personne rationnelle, intelligente et avec un bon jugement. Mais aussi, je suis intuitive et émotionnelle, je ne néglige nullement les perceptions physiques comme la sensation, le ressenti, le «comment je me sens dans cette situation, avec telle personne.» C'est très important pour moi... c'est comme une première impression, ça trompe rarement!

Alors, pour revenir à ma question de départ: «ce que je préfère entre un médecin contemplatif et un médecin expéditif?» Je vous répondrais plutôt ceci: un médecin profondément humain. J'ai la chance d'avoir un médecin incroyable et qui mérite une fière chandelle ; il est authentique, simple, respectueux, honnête, il est à l'écoute de sa clientèle et il inspire confiance!  J'espère sincèrement que vous avez autant de chance que moi car la santé ne se discute pas!

Sur ce, bon weekend à tous! :)
Xx

7 commentaires:

  1. Il me semble que je viens de croiser ta mère en te lisant.........telle mère, telle fille. Elle dit ce qu'elle ressent, ce qu'elle pense sans détour, très intéressant. C'est plaisant !

    Bon week-end et que cette vilaine bronchite s'en aille au plus vite!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci! C'est tout un compliment que vous me faites-là!

      Effacer
  2. Je comprends comment tu t'es sentie. J'ai un profond respect pour les gens et je veux aussi qu'on me respecte. Mais il y a des fois...Surtout quand on est malade on se sent plus vulnérable.Il est bon de se sentir écouté et de recevoir un peu d'ampathie encore plus je crois d'un médecin. J'ai un très bon médecin mais caline pas capable d'avoir un rendez-vous. Je n'allais pas bien du tout la semaine dernière et j'ai essayé d'avoir un rendez-vous avec lui impossible: Allez à l'urgence qu'on me dit.J'ai même fait le 811 et l'infirmière m'a conseillé de me rendre à l'hôpital.Je me suis rendue à l'urgence je savais que ce n'était pas ma place que je n'étais pas en danger de mort. Mais j'avais pas le choix j'avais besoin d'un examen et d'une prescription. Le médecin de l'urgence m'a prescrit un médicament mais m'a dit que je devais voir mon médecin de famille que ce n'était pas ma place à l'urgence...comme si je le savais pas. Je me suis sentie garochée et jugée.Je suis sortie de la en pleurs et surtout déçu de n'avoir pas eu le temps de lui expliquer la situation.J'ai téléphonné à mon médecin le lendemain et je le verrai à la fin avril...Je fais quoi en attendant? J'espère ne pas avoir à retourner à l'urgence car on ne sait jamais sur quel médecin on va tomber et ça me stresse beaucoup. Il y a des fois où même avec un bon médecin de famille on ne sait plus ce qu'on doit faire. Ici il n'y a pas de clinique sans rendez-vous alors il y a des files de monde à l'urgence. Je te souhaite d'aller mieux chère Carina.tes billets sont excellents et merci!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Je vois très bien Étoile, il semble que présentement il y a un trou dans notre système de santé qui selon certains doit être comblé par le privé, quand les moyens le permettent. Sinon, tout comme vous l'avez mentionné, il y a toujours les cliniques sans rendez-vous et l'urgence des hôpitaux où des délais sont inconvenables. Pour ce qui est de notre médecin de famille bien... c'est comme si nous devions choisir la journée où nous allions être malade... non pas choisir, se faire donner une date par la secrétaire du médecin à savoir quand nous pouvons le rencontrer: être malade sur commande quoi! Nous avons intérêt à rassembler nos questions sur un carnet afin de ne pas passer à côté de l'essentiel. De plus, en espérant qu'il ne soit pas expéditif! Cela revient à dire qu'il faut avoir une santé de fer sinon, il faut prendre son mal en patience. C'est ce que ma mère disait pour éviter de consulter. C'est un non-sens!

      Je souhaite sincèrement que votre santé s'améliore et que la situation soit tolérable jusqu'à votre prochain rendez-vous. Prenez bien soin de vous et bonne semaine! :)

      Effacer
  3. Thank you for the information, the article is very well-written.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Thank you very much! Have a nice day! :)

      Effacer
  4. You are a true master of the quill! This reading was the so absorbing! Write more and thank you!

    RépondreEffacer

Merci de partager votre tranche de vie :)